Combien de fois aurais-je dû
Me sentir lasse et sans courage !
Mais mon cœur n’a jamais perdu
Son désir pour ton beau visage.

Dans mon puissant amour tu n’as
Vu que ma douceur de colombe ;
Pourtant je veux que sur ma tombe
L’on inscrive : Elle s’obstina…

 Anna de Noailles, Poème de l’amour, 1924

0