Tu vis, — moi je porte le faix
De ton étrange et dur destin,
Puisque le mal que tu me fais
Tu ne peux pas en être atteint !

 Anna de Noailles, Poème de l’amour, 1924

0