Ce qu’on tolère mal dans un amour extrême
C’est qu’un être soit ce qu’il est ;
Insidieusement on le détruit, — on aime
Plus âprement que l’on ne hait !

On voudrait adapter à son âme diverse
Cet humain subtil et puissant.
Qui peut se ressembler ? Et même si l’on verse
Ensemble le trésor du sang !

Pourquoi ce harassant et douloureux effort ?
Quel est le lien qu’on réclame,
Si l’un a l’ignorant sortilège du corps,
Et l’autre l’invincible flamme ?…

 Anna de Noailles, Poème de l’amour, 1924

0