Automne pluvieux, mélancolique automne,
Remets cet ami dans mes bras !
Que m’importent ton eau, tes râles monotones,
Ton dépit, ton sombre embarras,

Si, dédaignant soudain tes humides rafales,
Je retrouve le tiède été
Près d’un corps chaleureux, et que mon front s’installe
Dans la douceur de son côté !

— Grâce d’un calme flot épandu dans une anse
Qui le limite et le détient !

Partage, ô mon amour, le délassant silence
De mon être réduit au tien…

 Anna de Noailles, Poème de l’amour, 1924

0