Les cœurs purs et spirituels
Ne possèdent qu’un froid arome
Dont le fragile et faible baume
N’est ni divin ni sensuel.

Mais dans sa force qui réclame,
Dans son miracle de chaleur,
De raison, de fièvre, de pleurs,
Le corps seul témoigne pour l’âme…

 Anna de Noailles, Poème de l’amour, 1924

0